Hysetco déjà dans la course des JO de Paris 2024

Hysetco JO Paris 2024
Hysetco déjà dans la course des JO de Paris 2024

L’opérateur, qui exploite 4 stations à hydrogène et une flotte de taxis, annonce déjà la couleur. Progressivement, les Toyota Mirai exploités en taxis par Hysetco arborent un logo des Jeux Olympiques de 2024. Une communication qui a commencé discrètement en septembre et qui va monter en puissance.

Le saviez-vous ? Plus de 500 taxis à hydrogène circulent dans les rues de Paris. Ce chiffre comprend les taxis de Hype*, mais aussi ceux de la Slota (une compagnie historique dans la capitale) qui sont opérés par Hysetco. « Personne au monde n’a une telle flotte », se félicite Loïc Voisin, le Président de cette start-up. Et de poursuivre : « Alors que Toyota prévoit de déployer 500 Mirai l’été prochain à l’occasion des JO, nous avons déjà montré qu’il était possible de gérer une telle flotte dans Paris », souligne-t-il.

La plus grosse flotte de taxis hydrogène au monde à Paris

Déjà dans l’esprit des JO de Paris 2024, Toyota, qui est actionnaire de Hysetco et surtout partenaire des Jeux (comme Air Liquide) a commencé discrètement à apposer des stickers en lien avec l’événement. Il est évident que les Jeux Olympiques constitueront une vitrine extraordinaire pour la filière hydrogène. A ce propos, Hysetco va développer son réseau. Disposant aujourd’hui de 4 stations (Orly, Roissy, porte de la Chapelle et porte de Saint-Cloud), il va annoncer prochainement l’emplacement de 6 nouvelles stations. Cet été, l’opérateur avait déjà annoncé sa volonté d’étendre le maillage de stations en Ile-de-France.

Avec son réseau actuel, Hysetco distribue pratiquement une tonne d’hydrogène par jour (915 kg lors des deniers pics). Et si 100 tonnes ont été écoulées en 2022, le chiffre devrait doubler d’ici la fin de l’année. Et ce, d’autant plus que la station du Bourget va entrer en service en fin d’année. Dans la mesure du possible, la société va produire sur place l’hydrogène.

Une volonté de s’étendre

Depuis le siège de Saint-Denis, le PDG de Hysetco peut voir les locaux de Paris 2024. Une coïncidence heureuse. C’est aussi dans ces locaux que se situe l’un des plus grands garages de l’Ile-de-France. On y trouve en effet le centre de maintenance de la Slota, où le personnel a été formé pour opérer la maintenance des taxis à hydrogène.

Mais, l’opérateur voit plus loin. Tout comme Hype, qui a déjà annoncé des projets d’extension en dehors de Paris, Hysetco entend bien développer son modèle de location de taxis et de stations hydrogène, en France comme en Europe. Ce n’est pas un hasard si la société exposait récemment à Lyon, lors du salon de l’automobile.

*Il faut préciser que Hype s’est séparé d’Hysetco (qui réunit donc Toyota, Air Liquide, TotalEnergies et le fonds Kouros), dont il était actionnaire. Les deux entités se développent séparément. A Paris, les taxis Hype utilisent les stations exploitées par Hysetco pour se ravitailler. Hype développe aussi son réseau en région parisienne.

Vous voulez en savoir plus sur Hysetco et les JO de Paris 2024 ? Alors nos derniers articles sur ces sujets devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur Hysetco ici. Vous pouvez également consulter notre dernier article sur les JO ici.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Seiya recrute